5 conseils pour sortir du manque de reconnaissance au travail

Vous êtes frustré·e de ne pas recevoir la reconnaissance au travail que vous méritez?

Vous donnez le meilleur de vous-même. Vous faites le travail qui vous est demandé. Mais lorsque celui-ci est terminé, vous n'avez pas de retour sur ce que vous avez réalisé. Voir pire encore, ce sont les autres qui bénéficient et récupèrent les lauriers... 

Et cela vous désespère et vous démotive.

Pourtant, vous savez que vous avez les compétences. Vous savez que vous faites du bon travail. Vous aimeriez avoir la reconnaissance à la hauteur de vos compétences. 

Tout ce que vous souhaitez, c'est que votre supérieur·e vous dise ce qu'il·elle pense réellement de votre travail. 

Cause ou conséquence des risques psycho-sociaux?

Je vous rassure tout de suite : vous êtes normal·e.

La plupart de mes client·e·s au démarrage de leur Odyssée Professionnelle ont également le sentiment que leur travail n'est pas suffisamment reconnu.

Et selon une étude, 7 salarié·e·s sur 10 estiment ne pas être reconnu·e·s à leur juste valeur par leur supérieur·e et/ou leur employeur·se.

La reconnaissance au travail est un critères important dans les risques psychosociaux. En effet, un manque de reconnaissance impacte négativement l’engagement des personnes dans leur travail, la performance et le bien-être.

C'est un des besoins fondamentaux de tout être humain.

Reconnaissance au travail

Qu'est-ce que la reconnaissance au travail?

La reconnaissance au travail est difficilement définissable et mesurable car multidimensionnelle. Elle est aussi bien individuelle, collective, quotidienne, ritualisée, …

Elle peut être une reconnaissance de la personne, des résultats, de l’effort, des compétences.

Pour Descartes, reconnaître, c’est vraiment connaître ce que l’on connaît, mais dont on doutait qu’il fût vraiment connu.

Dans la reconnaissance, il y a une notion de respect et de tendresse. Cela signifie que c’est un des piliers de l’estime de soi (= jugement ou évaluation que l’on a de soi et que l’on porte sur soi, par rapport à nos propres valeurs).

Cela signifie que nous recherchons dans le regard des autres, un justificatif pour améliorer et consolider notre estime de soi.

Est-ce que ce n’est pas prendre les choses à l’envers ?

Est-ce qu’il ne serait pas préférable et plus rapide, d'apprendre en premier lieu à connaître et reconnaître  par vous-même qui vous êtes? C'est-à-dire quelles sont vos qualités, vos compétences, vos talents, vos forces, votre histoire et surtout vos réussites?

L’estime de soi, la confiance en soi et l’amour de soi sont intimement liés et derrière le manque de reconnaissance, c’est en fait un manque d’amour de soi : un amour INCONDITIONNEL pour soi, avec le positif ET les parts d'ombre.

Alors, cela n’est pas de votre faute!

Depuis notre naissance, nous apprenons à rechercher à l’extérieur l’Amour, sans apprendre à nous aimer nous-même en priorité.

Comment pouvons-nous attendre que les autres reconnaissent notre valeur, si nous-même nous ne le faisons pas ?

Amour de soi ou narcissisme?

Très souvent, lorsque nous parlons d'Amour de soi, le concept est confondu avec le narcissisme. Alors bien sûr, l'Amour de soi est vu négativement.

Mais ce n'est pas la même chose : le narcissisme est une pathologie! La personne qui en souffre n'est centrée QUE sur elle-même et elle rejette tous ces défauts, ses parts d'ombre. 

En ce qui concerne l'Amour de soi, je parle bien d'un Amour inconditionnel. Cela signifie de s'accepter intégralement telle que nous sommes réellement : avec toutes nos émotions, nos espoirs et nos rêves, notre personnalité, notre façon d'être UNIQUE et notre corps tel qu'il est.

Il nous pousse à nous améliorer avec bienveillance. Et lorsque nous nous aimons vraiment, nous pouvons construire des relations saines. Nous pouvons nous tourner vers les autres sans rien exiger en retour.

Des relations saines sont sans jugement. Elles n'impliquent pas de quémander aux autres leur amour, leur reconnaissance. Elles sont fondées sur le respect et sur la joie, sans ressentir le besoin de dire à nos interlocuteur·rice·s comment penser ou se comporter.

Retrouver la paix intérieure

Nous sommes nos pires bourreaux et nos pires juges! Je vous invite également à consulter un autre article que j'ai écrit : les caractéristiques du syndrome de l'imposteur à ce sujet.

En retrouvant un Amour sain et inconditionnel pour nous-même, nous retrouvons notre paix intérieur. Notre besoin d'amour et donc de reconnaissance est assouvi, par nous-même., comme nous le souhaitons.

À partir de là, nos relations sonnent plus justes. Par conséquent, nous attirons naturellement la reconnaissance et l'amour des autres, sans les forcer et les réclamer à tout prix. C'est un bonus parce que nous n'en avons justement plus besoin comme avant. Nous connaissons déjà notre propre valeur.

5 conseils pour sortir du manque de reconnaissance en vous reconnectant avec l'amour de soi?

Amour de soi

1. Écrire les compliments reçus

Vous allez me dire : "Mais justement, je n'en reçois pas!" 

Et peut-être cela est effectivement le cas. Mais très souvent, il arrive que les personnes reçoivent des compliments sur leur travail ou dans leur vie privée. Mais comme elles ne sont pas satisfaites elles-même de leur production, elles renient ces compliments. Et elles finissent par oublier qu'elles les ont reçu...

Ici, vous prenez en compte aussi bien les compliments reçus par vos collègues, vos ami·e·s, votre famille, vos connaissances, etc. et pas seulement par votre supérieur·e.

En bref, tous les retours positifs que vous pouvez recevoir sur les actions que vous réalisez dans votre journée. 

Prenez une attention particulière tout au long de la journée et le soir, juste avant de vous coucher, notez ces retours

Faites ceci pendant au moins une semaine, mais idéalement, faites-en une habitude quotidienne sur le long terme, c'est très bénéfique en tous les cas.

2. Lister les compliments que vous faîtes aux autres.

Il est fort probable que si vous reconnaissez ces qualités chez les autres, c'est que ce sont des qualités que vous avez également

En les notant, vous vous les (ré)appropriez. Observez-vous bien : est-ce qu'il n'y a pas un peu de vous aussi? Est-ce que ce ne sont pas des qualités que vous aimeriez avoir également

Si vous voulez les avoir, vous les avez déjà : il vous suffit désormais de les utiliser et de les pratiquer, pour les développer. Vous pourrez ainsi les reconnaître pour vous et augmenter la valeur que vous vous portez.

3. Détailler vos talents et vos compétences

De cette manière, vous vous (ré)approprier également votre valeur. 

En détaillant vos talents et vos compétences, vous (re)découvrez tout ce que vous savez faire. Lorsque nous sommes dans le quotidien et que les actions deviennent quasiment automatique, il arrive facilement que nous les oublions.

Pour cela et si c'est difficile pour vous de les noter spontanément, reprenez toutes vos expériences et les tâches que vous aviez à réaliser. Puis indiquez sur une échelle de 1 à 5 votre degré de maîtrise de cette tâche (1= nécessite d'être supervisé·e à 5 = expert·e. Est capable de la transmettre).

Soyez honnête et objectif·ve avec vous-même. Ne sous-estimez pas tout ce que vous savez faire.

4. Identifier vos valeurs fondamentales

Vos valeurs sont ce qu’il y a de plus important pour vous et quand elles ne sont pas respectées, votre travail n’a plus de sens

Le psychologue H. Schwartz a catégorisé les valeurs universelles (similaires à toutes les cultures qu’il a étudiées).

L’Intérêt des valeurs est qu’elles sont également sources de votre motivation profonde et donnent des indications sur les actions que vous pouvez mener au quotidien pour les satisfaire.

5. Affirmer votre Amour de vous

Les chercheur·se·s en neurosciences ont prouvé les bénéfices des affirmations. Répéter régulièrement et quotidiennement des phrases qui font sens aide à changer les croyances et à obtenir les résultats que vous souhaitez.

De la même manière, devant la glace, répétez des affirmations positives sur vous. Dites-vous combien vous vous aimez inconditionnellement.

Avec ces 5 conseils, vous apprenez petit à petit à vous acceptez tel·le que vous êtes.

[INSERT_ELEMENTOR id="2175"]